Articles

Conversation avec John Zeppetelli

In Conversations 1 - les artistes on juillet 29, 2010 by camillegrezillier

 
Vieux Montréal, rue St Jean. Je rencontre John Zeppetelli, commissaire à la fondation DHC-ART, à l’initiative de l’exposition actuelle consacrée à Jenny Holzer.
Archives DHC

Les corps cotorsionnés de Marc Quinn

D’origine italienne, passionné par son métier, le Montréalais est réputé pour ses choix d’artistes de renommée internationale, encore jamais exposés à Montréal : l’anglais Marc Quinn, les canadiens Nancy Davenport, Stan Douglas, le tchèque Harun Farocki, la scandinave Ann Lislegaard, les américains Paul Pfeiffer et Christian Marclay, les français Sophie Calle et Michel Rosser, la finlandaire Eija Liisa Ahtila, David Altmedj, québécois travaillant à Londres et New York. La liste est longue pour la jeune fondation lancée en 2008 et dirigée par Phoebe Greenberg. L’établissement privé est à la fois hype et ouvert à tous; les expos sont gratuites.

Pourquoi choisir d’exposer Jenny Holzer aujourd’hui? Nous suivons depuis longtemps sa carrière, depuis ses plus anciennes projections à Times Square en réaction aux agressifs panneaux publicitaires ou dans le London Tube : elle n’a jamais cessé de nous étonner. 

Le vieux Montréal où se cotoient grattes-ciel, terrains vagues en reconstruction et vielles bâtisses

Un certain mystère plane autour de la vie privée de l’artiste américaine, première artiste femme à avoir remporté le lion d’or à Venise, pitie moderne, éveilleuse des consciences. Elle porte souvent un jean et un long tee-shirt. Poétesse de l’art visuel, longtemps new yorkaise, aujourd’hui installée dans l’Etat de New York , elle mène une vie ordinaire, dans la campagne d’Hoosick, s’occupe de ses chevaux.

Paysage urbain, à deux pas de DHC

L’un des mandat de la fondation est d’éduquer. Comment le travail de l’artiste remplit-il cette fonction ? Les textes de Jenny sont éphémères, elle amène le public à lire différement. Exposer des documents militaires déclassifiés sur le conflit en Irak et en Bosnie après un long travail de recherche documentaire, ce n’est pas seulement un choix artistique, c’est aussi politique.

Ce n’est pas habituel de voir cette artiste aux murs d’un musée. L’intérieur ne réduit-il pas son impact, notamment sa portée visuelle? Je ne suis pas d’accord, le musée est un lieu d’être, chacun vit sa propre expérience, le spectateur n’est pas plus immobile que quand l’expo est dans la rue, la perception change, c’est tout. Son travail écrit s’insère très bien dans la magnifique architecture de la fondation : urgence politique et beauté formelle cohabitent. Il y a aussi tout un jeu de lumière et de reflets pensé par l’artiste quand les lettres projetées rencontrent le mur blanc.

J’ai senti l’installation dans tout mon corps. Je suis restée de longues minutes à regarder circuler ses mots, à lire ses poèmes lumineux, hypnotisée par leur défilement infini. Les mots étaient justement accordés entre eux. Surprise de découvrir dans un espace aussi cosy, vieil immeuble reblanchi du vieux Montral, aux moulures anciennes, une critique poétique de notre société, acerbe, violente et provocatrice, étonnament moderne.

L’expo est provocatrice, épurée et glaciale. La DHC montre encore sa capacité à déboussoler l’amateur d’art.  L’expo inaugurale de Marc Quinn en 2008, avait été un coup de poing sur la scène artistique québécoise : un autoportrait moulé de l’artiste rempli de son sang. Choc artistique!

Je pars quelques jours dans l’état de New York, sur les traces de l’artiste. Je reviendrai avec des photos et un article. à suivre…

Exposition à visiter jusqu’au 14 novembre 2010 à la DHC-ART, 451, rue St-Jean, à Montréal.

Publicités

Une Réponse to “Conversation avec John Zeppetelli”

  1. tu vas bien j espere je suis en allemagne sans accent ni cedille ni apostrophe sur l ordi ca m agace
    donc juste un petit mot pour te dire que je lis tes articles que ca m amuse que je t imagine bien du coup et que je t embrasse
    odile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :