Articles

Conversation avec Milena Doncheva

In Conversations 1 - les artistes on juin 17, 2010 by camillegrezillier

« On m’a dit qu’ici il y avait plus d’artistes que d’acheteurs »

Tout le monde peut voir un miroir, mais qui peut, mieux que Milena Doncheva voir au travers ? Sûrement nous qui regardons ses toiles. L’artiste nous invite à imaginer les histoires qu’ils enferment. Ses toiles sont exposées jusqu’au 20 juin à la galerie Récréation.

À L'escalier, bar alternatif sur Sainte Catherine (Montréal)

Je rencontre Milena un dimanche de mai à Montréal, hors de la galerie trop fréquentée en fin de semaine. Je lui propose un lieu plus calme et aéré, l’Escalier. Sourire curieux de découvrir un nouvel espace. Par la fenêtre du bar, elle regarde passer les gens sur la place Dupuis : ce qui m’impressionne ici, c’est que sur une même rue, tout peut changer. Pendant deux cent mètres on marche dans une rue, deux cent mètres plus loin on change d’ambiances, de visages. C’est saisissant.

En 2008, Milena choisi de s’installer à Montréal avec son ami cameraman Iljo Kotorencev. Ils grandissent dans des pays en transition, en URSS. Nous étions encore adolescents à la chute du mur, une révolution tranquille en Bulgarie, moins pacifique en Macédoine d’où vient Iljo. Notre génération devait se prendre en main pour construire sa vie. C’est sûr cette époque de mon enfance a influencé mon caractère mais pas mon art. L’art, c’est mon imaginaire, plus abstrait que la réalité. Je peux trouver mon inspiration n’importe où, ici, en Bulgarie, ailleurs : je porte les idées en moi. Si sa jeunesse ne l’influence pas malgré tout, je suis sensible à ces souvenirs d’enfance qui jaillissent de la toile, sans doute transformés, plus universel.

Leurs parents sont sculpteur et peintre. Milena et sa sœur Boriana ont très vite su qu’elles seraient heureuses en suivant cette voie. Nous nous influençons énormément tous les quatre, c’est un échange familial très riche, encore aujourd’hui.

Sous sa tenue ample et violette, je devine le ventre de la femme enceinte. Après la grossesse, j’aimerais bien trouver un atelier pour travailler avec d’autres artistes ; j’aime montrer ma toile inachevée, je suis curieuse de savoir ce que les autres en pensent, ce qu’ils ont dans la tête.

Milena Doncheva à la Récréation

Le poète québécois Roland Giguère a écrit : « La peinture peut faire plus que montrer, elle peut dire l’indicible quand elle s’affole et oublie les murs auxquels on la destine. » Qu’en penses-tu ? L’œuvre est faite pour être exposée, elle vit avec le temps qui passe. Une fois achevée, chacun y voit ce qu’il veut.

Ton inspiration pour ton exposition actuelle « Les images du miroir » ? Quand je me suis installée dans mon appartement, il y avait un grand miroir abîmé dans la chambre. Je me demandais qui avait bien pu se regarder là chaque matin. Et puis, à l’heure des grands déménagements de juillet, je tombais souvent sur des miroirs brisés, jetés là dans la rue, j’en ai ramassés. Ces objets mystérieux, reflets de vie, véritables sources d’imagination et de création. Le miroir accumule des couches de réalité. Dans mes tableaux, il y a des collages, du mouvement, des personnes. Comme si je saisissais un instant. Un peu comme l’acte photographique, mais je pose l’imaginaire sur la toile. Cette fois-ci, c’est une photo prise de l’intérieur.

Un univers très coloré, à première vue un peu naïf, mais les scènes racontées, ces personnages déformés, répétés comme une obsession, amincis ou grossis, déformés, évitent de tomber dans un monde trop lisse, trop irréaliste.

Enfant tu lisais et relisais le livre de Lewis Carroll. Une autre source d’inspiration ? Je connais encore certains passages par cœur. Ces miroirs dénichés m’ont fait penser à ce livre que j’aimais tant. Le début en particulier avec le couloir dans la maison d’Alice qui se déforme petit à petit. Je joue beaucoup sur la déformation dans mes tableaux, superposant les personnages à l’infini. Il y a aussi un jeu de superposition de mémoires, celle du miroir qui conserve les images passées sans les dévoiler, mon image et celle des spectateurs qui se regardent dans le miroir.

Tableau de l'exposition en cours

Travailles-tu beaucoup ta toile ? Oui, je travaille beaucoup la surface initiale, j’aime toucher la matière, je travaille autant sur toile, bois, papier, miroir, papier transparent…Pour ce projet, mon principal défi était de ne pas trop rentrer d’éléments dans la toile pour éviter que les gens fassent plus attention à la matière qu’au contenu.

Et le défi est réussi : l’artiste parvient à garder du sens même avec beaucoup de détails pour que nous nous sentions perdus comme dans un labyrinthe, puis très vite plongés dans la signification et les détails. Le public peut jouer, trouver et s’approprier des morceaux d’histoires.

Te considères-tu comme une artiste engagée ? Je suis engagée comme personne mais je ne le montre pas forcément dans mes tableaux. L’art aide beaucoup à éduquer et en cela c’est engagé, peu importe que ce soit au niveau politique ou personnel. Je m’en suis rendue compte en enseignant. Sans opinion sur ce qui t’entoure, tu ne vis pas dans la réalité.

Ta vie d’artiste à Montréal ? On m’a dit qu’ici il y avait plus d’artistes que d’acheteurs. Je n’ai pas encore eu le temps de le vérifier. Je suis passionnée par ce que je fais et j’ai choisi d’en vivre.

Les choix de Milena :

  • un verre aux terrasses du St Elisabeth et du Dieu du ciel,
  • du shopping dans les friperies d’Ontario Est,
  • des expos à la fondation DHC.

Propos recueillis par Camille Grézillier

Pour en savoir plus : www.artdoncheva.com

La Récréation, 404, rue Ontario Est, Montréal H2L-1N6, 514-845-1545, www.larecreation.ca

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :